Canon 85 mm f/1.4 : le piqué en photo beauté

Après avoir testé le 85 mm dans le cadre d'une photo de portrait, et apprécié son rendu très doux à grande ouverture, je le confronte aujourd'hui à la photo publicitaire avec ces images de bijoux :

Ici, je cherche à obtenir le maximum de piqué afin de capturer les moindres détails de la peau de Laura ainsi que des bijoux de la jeune créatrice japonaise Julica Yurika.

f/16, 1/125s, 100 ISO
Pour commencer, je demande à Angie de créer un teint "Glowy" frais et lumineux : c'est à dire que l'on va corriger les imperfections de la peau (cernes + teint) en légèreté et en ne matifiant que certaines zones (essentiellement la zone T). Elle structure ensuite en ombrant l'oval du visage et les arrêtes du nez. Puis elle applique un "highlighter" sur les parties bombées du visage (haut des pommettes, dessous des sourcils, arc de cupidon ...). Ce type de maquillage fait ressortir la texture de la peau, et donc ses éventuels défauts, mais lorsque la mannequin a une texture de peau régulière le résultat est impressionnant pour peu que l'on sache l'éclairer. Elle va ensuite forcer un peu les yeux et faire une couleur un peu plus soutenue mais qui reste claire et naturelle sur la bouche.

Pour la coiffure, Barthélémy travaille le cheveux selon un "coiffé / décoiffé" pour trancher avec le style et moderniser le "look" global. C'est un travail très difficile car il faut longuement préparer la texture des cheveux, puis intervenir en permanence pour replacer les mèches pendant la prise de vue.

f/16, 1/125s, 100 ISO
Afin de conserver l'attention sur les bijoux, j'opte pour un fond gris neutre sans texture. En effet, comme je vais fortement fermer mon diaphragme, la profondeur de champ sera beaucoup plus importantes et la texture du fond en béton pourrait devenir trop voyante et perturber la lisibilité de l'image.

En ce qui concerne l'éclairage, j'opte pour une structure simple à deux sources en lumière flash : une lumière principale de face légèrement décalée sur le côté de l'image, et un retour qui revient en 3/4 dos afin de redessiner la silhouette, et faire briller les bijoux. J'utilise mon générateur Broncolor pour alimenter deux torches de 3200J. Enfin, un réflecteur argent me permet de déboucher les ombres en dessous du visage et sous les arcades sourcilières tout en conservant le volume. Pour ma source principale, j'opte pour un ringflash avec un réflecteur blanc, dont le rendu se rapproche de ce que l'on pourrait obtenir avec un bol beauté de faible diamètre. Le retour est fait avec un bol munie d'un nid d'abeille afin de donner une lumière à la fois diffuse et concentrée dans une zone précise.

f/16, 1/125s, 100 ISO
Comme je travaille en flash, j'ai de la marge en ce qui concerne la puissance lumineuse, je peux donc opter pour le réglage ISO minimum du 5D mk IV (100 ISO). Non seulement j'aurais très peu de bruit, ce qui me permettra d'avoir le maximum de détails, mais en plus un réglage ISO proche de l'ISO natif de l'appareil donne une plus grande latitude d'exposition, notamment lors de développement de ses fichiers RAW.

Afin d'obtenir la profondeur de champ maximum mais éviter la diffraction, je choisi une fermeture de diaphragme de f/16. Ici encore, la puissance des flashs me permet de m'affranchir des contraintes de luminosité.

Enfin, je bloque la vitesse au 125e de seconde qui est la vitesse de synchro-flash maximale. Cela me permet de limiter au maximum l'influence des lampes pilotes (et de la lumière ambiante) sur la luminosité et la température de couleur de l'image.

f/16, 1/125s, 100 ISO
CROP 100%
Je peux ainsi apprécier la précision de ce 85 mm f/1.4 qui me semble tout à fait capable de nourrir en détails les 30 millions de pixels du 5D mk IV. Le rendu est net, piqué et la focale est parfaite pour des plans "épaules" sans déformations.

Make Up : Angie Moullin (B Agency)
Assistants : Théo Drouadène, Marion Guillemot

(c) Jack Alibaba

(c) Jack Alibaba

(c) Jack Alibaba

(c) Jack Alibaba

(c) Jack Alibaba

Articles les plus consultés